Oiseau: eh, Bâton, te revoilà, ça fait une éternité que tu n’es pas venu dans les Espaces!

Bâton: je sais, je sais, j’étais très occupé.

Oiseau: tu veux dire que tu passais ton temps avec Baguette?

Bâton: oui, c’est ça, mais je ne n’ai pas oublié mes amis puisque me revoil

Oiseau: vous vous êtes disputés?

Bâton: non, pas du tout, nous avons des horaires de travail différents si bien que j’ai trouvé un moment pour venir ici.

Oiseau: tu as de nouvelles questions?

Bâton: Oiseau, tu te moques mais oui, j’ai des questions: comment vas-tu et comment va Héron?

Oiseau: ce sont de nouvelle questions qui me plaisent. Tu as changé. Tu te préoccupes des autres.

Bâton: tu ne pensais pas que je vous considérais comme des amis?

Oiseau: je n’en savais rien. Seuls le temps et les attentions le prouvent et c’est bien pour cela que tes questions me plaisent. Pour y répondre, je cours beaucoup pour nourrir ma petite famille qui vient de s’agrandir de trois oisillons mais cela me maintient en forme et Oiselle m’aide beaucoup donc tout va bien pour moi. Quant à Héron, il est de retour et il est amoureux.

Bâton: il est amoureux, c’est une bonne nouvelle. Comment est-elle?

Oiseau: je ne sais pas, il est revenu sans elle.

Bâton: comme moi aujourd’hui! Alors qu’en dit-il ?

Oiseau: il s’inquiète de savoir s’il a bien fait de revenir seul et si elle viendra le rejoindre, il marche dans la forêt pour aller consulter Femme-arbre, il me demande des conseils, tu ne le reconnaitrais pas.

Bâton: va-t-il bien?

Oiseau: oui, il a trouvé ce qu’il lui fallait mais il ne le sait pas encore et il lui faudra faire des choix. C’est ce qu’il est en train de réaliser.

Bâton: ce sont des choix qui s’imposeront d’eux-mêmes mais il devrait pourtant en parler avec elle.

Oiseau: oh, il le fait, rassure-toi, c’est la raison pour laquelle je pense que ça ira mais il sera sans doute moins souvent ici qu’autrefois.

Bâton: comme moi! La vie apporte des changements bienvenus quand ils sont attendus, je peux te l’assurer, même si pour certains, ils ne sont pas forcément agréables puisqu’ils nous voient moins.

Oiseau: je ne serais pas un ami si je ne me réjouissais pas de ton bonheur et si je n’acceptais pas que tu vives différemment maintenant que tu as trouvé ce que tu cherchais. Je suis sûr que Héron pense comme moi.

Bâton: c’est à cette bienveillance qu’on reconnait les vrais amis. Les autres, ceux qui se plaignent, ils n’étaient amis que pour leur propre intérêt. Mais pendant que j’y pense, laisse-moi te féliciter pour tes enfants, j’en suis très heureux pour toi.

Oiseau: oh tu sais, chez nous oiseaux, c’est un événement annuel, nous y sommes habitués. Dans quelques mois, ils seront  partis du nid et nous ne les reverrons plus.

Bâton: alors la différence avec les amis, c’est que même loin, ils reviendront toujours!

Oiseau: et ils seront toujours les bienvenus!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *