A l’occasion du mariage de Bâton et Baguette, Oie a trouvé une histoire charmante à propos des humains; c’est aussi sur cette note positive qu’elle et Faucon vont terminer leur émission dans les Espaces. (ref: http://www.bbc.co.uk/news/world-us-canada-40914118)

Oie: Faucon, j’ai une grande nouvelle pour nous mais ne nous met pas en direct tout de suite, que nous puissions en discuter un peu entre nous.

Faucon: tu m’intrigues, Oie, de quoi s’agit-il?

Oie: je viens de recevoir une offre d’une station de radio où j’ai des contacts. Notre émission les intéresse et ils voudraient que nous allions la faire chez eux. Nous serions pris en charge pour ce qui est de la nourriture et du logement et nous aurions une bien plus grande audience.

Faucon: Oie, tu es incroyable. Comment as-tu trouvé cela?

Oie: je rencontre beaucoup d’animaux différents lors de mes voyages et certains ont des vies très intéressantes, comme cette équipe qui diffuse des nouvelles pour une grande partie de la côte est.

Faucon: nous n’étions donc pas les seuls à faire de la radio!

Oie: non, mais les seuls à faire le genre d’émission que nous faisons, et les seuls à être un couple étrange comme le nôtre.

Faucon: un couple, tu es sûre?

Oie: tu sais ce que je veux dire Faucon et d’ailleurs, si l’offre t’intéresse, il faudra que tu me voies plus souvent; on verra alors si cela te plait toujours autant.

Faucon: mais toi, qu’en dis-tu. Ça t’est égal de quitter les Espaces?

Oie: mes amis ici me manqueront mais je suis un oiseau migrateur et tu l’étais aussi avant de devenir sédentaire. L’idée d’aller ailleurs pour faire quelque chose que j’aime m’attire.

Faucon: tu partirais sans moi?

Oie: je préférerais que l’on continue ensemble si c’est ça que tu veux entendre. Je trouve que notre association est productive et c’est d’ailleurs pour cela que nous sommes invités. Mais toi, qu’en penses-tu?

Faucon: je dois me faire à l’idée mais oui, ça m’intéresse; tu réveilles le migrateur en moi.

Oie: bon, alors laissons cela pour l’instant et commençons l’émission, nous sommes presque en retard.

Faucon: bonjour Oie, quoi de neuf aujourd’hui?

Oie: eh bien Faucon, comme tu le sais, Bâton va bientôt se marier alors pour l’occasion, j’ai trouvé une histoire charmante qui nous rappelle que le monde est beau et que même les humains ont des qualités.

Faucon: un tour de force il me semble! Dis-nous en plus.

Oie: au Canada, un policier a payé pour les vêtements qu’un voleur voulait emporter.

Faucon: au lieu de l’arrêter?

Oie: oui, c’est ça. Le voleur était un homme sans ressource ni emploi; il voulait être bien habillé pour aller à un interview d’embauche.  C’est ce qu’il a raconté au policier venu l’arrêter et par chance, ce policier avait du coeur.

Faucon: c’est parce qu’il était canadien peut-être! Et alors, l’interview, il s’est bien passé?

Oie: oui, l’homme a été embauché!

Faucon: tu avais raison, ton histoire est charmante et bienvenue.

Oie: attends, ce n’est pas fini; la famille de cet homme avait beaucoup de difficultés, alors des amis du policier ont aussi trouvé un travail pour son père.

Faucon: des policiers comme cela, il en faudrait plus souvent.

Oie: c’est surtout qu’ils ont sans doute rarement l’occasion de faire du bien.

Faucon: oui, sans doute. Quoiqu’il en soit, j’aime ton histoire et je ne veux pas la commenter plus car elle se suffit à elle-même.

Oie: c’est vrai, quand les gens sont bons et heureux, il n’y a rien à dire.

Faucon: c’est pour cela qu’au mariage de Bâton, nous ne commenterons pas mais célébrerons avec entrain.

Oie: je n’en doute pas, Faucon, je n’en doute pas.

NB: si vous aimez ces dialogues, pourquoi ne pas m’offrir un café pour me le faire savoir ou soutenir les Espaces Discrets en suivant les suggestions en bas de page?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *