Bâton et les Daims parlent des humains, de leurs habitudes, de leurs limites, du danger qu’ils représentent pour les animaux. Ils se moquent aussi d’Oiseau car il est le seul à les aimer.

Daim 1: attention, Daim, j’entends venir quelqu’un.

Daim 2: tu as raison, fuyons.

Bâton: eh les daims, attendez, vous allez où?

Daim 1: ah Bâton, c’est toi, que fais-tu par ici?

Daim 2: je croyais que tu restais de l’autre côté des confins.

Bâton: j’aime varier mes sorties et je viens juste de rencontrer Serpent. Nous avons eu une bonne conversation.

Daim 1 : il est souvent dans les feuilles au bas du chemin.

Daim 2: tu as réussi à le voir? En général, il est discret.

Bâton: il dormait au soleil, il ne m’a pas entendu venir.

Daim 1: c’est son problème, il se laisse surprendre.

Daim 2: alors il frappe, ça n’arrange pas sa réputation mais je crois qu’il fait exprés pour qu’on le laisse tranquille.

Bâton: il m’a raconté son histoire avec Eve, il en est encore très contrit.

Daim 1: ne crois pas tout ce qu’il te dit. Il voulait la paix. Il l’a eue.

Daim 2: il a exclu les humains du jardin et ils sont devenus  méchants.

Bâton: c’est pour cela que vous vous sauviez?

Daim 1: oui, nous avions cru que tu étais l’un d’entre eux.

Daim 2: il n’en vient pas trop par ici mais quand ils viennent, ce n’est jamais très bon pour nous.

Bâton: pourtant, Oiseau les aime, je crois.

Daim 1: oh lui, il n’a pas beaucoup de cervelle, c’est tout.

Daim 2: c’est un oiseau des villes, il ne pourrait pas vivre sans l’aide des humains mais en dépendant de leur bon vouloir, il a perdu sa liberté.

Bâton: pas comme vous.

Daim 1: c’est ça, il nous a fallu choisir.  Aller avec eux et essayer de leur plaire pour finalement être utilisés à leur profit ou vivre notre vie en évitant de les croiser. On ne peut plus être amis avec eux et partager notre savoir, c’est trop dangereux.

Daim 2: ils ont oublié que les choses se font en leur temps, qu’il suffit d’être patient et attentif. Ça leur venait naturellement autrefois mais maintenant qu’ils ont à le découvrir eux-mêmes, très peu y parviennent.

Bâton: c’est un long apprentissage…

Daim 1: oui, chez les animaux aussi. C’est pour cela que beaucoup périssent jeunes. Ils veulent aller trop vite, prendre des raccourcis.

Daim 2: la liberté demande beaucoup de prudence. Oiseau, par exemple, il ne sait plus chasser seul et il engraisse, ce n’est pas bon pour lui.

Bâton:  c’est vrai, il est un peu gras par moment, mais je l’aime bien, il est toujours joyeux.

Daim 1: oh, il n’est pas méchant, il est juste limité dans les choix qu’il peut faire.

Daim 2: il se rattrape en pensant librement mais c’est bien son problème, penser. Il a  oublié son instinct et ses intuitions. C’est pourtant comme cela que l’on peut percevoir et se fondre dans l’harmonie du monde.

Bâton: c’est pour cela que vos relations avec les humains sont impossibles?

Daim 1: oui, ils ne voient en nous que de la viande ou un trophé sur la cheminée.

Daim 2:  tout tourne autour d’eux, ils sont aveugles aux autres et à ce qu’ils pourraient leur apprendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *