Bâton demande à Ange comment il peut affirmer être le gardien de tous et justifier les maux du monde. Dans certains cas, protège-t-il les victimes ou les méchants? Il s’ensuit une discussion théologique serrée.

Bâton: ah, te voila Ange, je te cherchais.

Ange: je suis toujours avec toi, Bâton, tu devrais le savoir.

Bâton: tu me dis que tu es toujours avec moi mais pourquoi ne me protèges-tu pas? C’est de cela que je voulais te parler.

Ange: tu n’es pas content parce que les choses ne se passent pas comme tu veux?

Bâton: oui, c’est ça, pourquoi ne fais-tu rien? J’ai un ange gardien qui ne m’aide pas!

Ange: tu ne sais pas ce que serait ta vie si je ne te protégeais pas…

Bâton: ah, c’est une réponse vraiment facile!

Ange: pourtant, c’est bien ce qui se passe: je fais en sorte que tout aille le mieux pour toi même si tu ne le vois pas toujours ou si tu ne le comprends pas toujours.

Bâton: donc quand il m’ arrive quelque chose de mal, c’est positif? Tu veux me faire croire des sornettes mais tu es malin parce que c’est vrai, je le reconnais, mes maux d’un jour se révèlent souvent bénéfiques à long terme. Ils m’orientent dans une direction que je n’aurais pas prise sans eux parce que cela ne me plaisait pas mais qui au bout d’un moment devient avantageuse.

Ange: tu vois, tu connais déjà la réponse, que veux-tu que je te dise d’autre? Si tu me faisais plus confiance, tu saurais que tout est pour le mieux dans ton monde et que ce que tu appelles des maux ne sont que des passages qui demandent de la patience.

Bâton: je veux bien l’admettre pour moi mais que dis-tu à ceux qui perdent leurs enfants dans une attaque terroriste, par exemple? Que tout est pour le mieux pour eux? Pour leurs enfants? Que les terroristes étaient protégés par leurs anges gardiens? Ça n’a pas de sens!

Ange: les méchants sont ceux qui n’ont pas trouvé leur ange gardien, c’est aussi simple que cela. Ils ne se laissent pas guider par leur cœur, or nous ne pouvons agir que si nous avons le champ libre et nous ne pouvons pas arrêter le mal, c’est une de nos limitations. Par contre, les victimes de ces méchants sont innocentes et seront donc récompensées dans l’au-delà.

Bâton: innocentes mais victimes, c’est stupide, et tes explications ne sont pas convaincantes. Tu es en train de me dire que ce qui est arrivé aux victimes est le mieux pour elle mais dans une autre vie, comment veux-tu que j’accepte cela?

Ange: tu ne l’acceptes pas parce que tu ne  comprends pas ce que je suis. Je ne peux pas te protéger des autres, je peux juste te guider au mieux.

Bâton: donc les victimes ont été mal guidées, elles avaient des anges gardiens endormis ou irresponsables, c’est ça?

Ange: tu ne comprends pas, Bâton, il y a des forces contre lesquelles il est très difficile de lutter et je ne peux pas te protéger contre tout sinon tu serais éternel et éternellement heureux. Ce n’est pas possible.

Bâton: alors à quoi sers-tu? Je dois croire en toi bien que tu ne puisses me donner aucune assurance que tu me protèges!

Ange: je te protège et je te guide autant que je peux et surtout autant que tu me laisses faire. C’est pour cela que croire en son ange gardien t’apporte une aide précieuse si tu la demandes sincérement. Mais fais comme tu veux et vois ce qui te convient le mieux. Tu voudrais des certitudes là où il ne peut y en avoir.

Bâton: tu es un maître en rhétorique, Ange!

Ange: c’est surtout que nous ne parlons pas le même langage,  Bâton!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *